300X200_lady_def_hd-1024x682

 

Date de sortie : 30 Novembre 2011 (Biopic-Français)

Réalisateur : Luc Besson (Le grand Bleu)

Avec : Michelle Yeoh (Mémoire d'un Geisha, Tigre et Dragon), David Thewlis (Naked, Anonymous, Harry Potter et le prisonier d'Askaban), Jonathan Woodhouse et Jonathan Ragett

Synopsis :

"The Lady" est une histoire d’amour hors du commun, celle d’un homme, Michael Aris, et surtout d’une femme d’exception, Aung San Suu Kyi, qui sacrifiera son bonheur personnel pour celui de son peuple. Rien pourtant ne fera vaciller l’amour infini qui lie ces deux êtres, pas même la séparation, l’absence, l’isolement et l’inhumanité d’une junte politique toujours en place en Birmanie. "The Lady" est aussi l’histoire d’une femme devenue l’un des symboles contemporains de la lutte pour la démocratie.

Mon avis :

Ce film m'a fait pleurer. Je connaissais l'histoire mais la voir à l'écran à amplifié ce que je savais et pensais déjà de la « Dame ». Le film arrive à un bien bon moment, au moment où il commence à y avoir un vrai espoir pour la Birmanie.

 

332278-gh629663922-620x0-1

 "Tu peux parfois sortir de tes gonds, chérie", disait le britannique Michael Aris à sa femme. Après coups, ce commentaire semble étrange. Michael Aris a été marié à Aung San Suu Kyi, l'activiste birmane qui a reçu le prix Nobel de la Paix en 1991. Dans 'The Lady', l'histoire de sa conscience politique et de sa carrière, et elle apparait comme une dame qui ne ferait pas de mal à une mouche. 

 

Le réalisateur Luc Besson assume son sentimentalisme, bien qu'il ne sache pas mettre de côté ses gros plans dérangeant de frimousse d'enfants. Ce côté sirupeux qu'il apporte occasionnellement n'affecte pas les deux acteurs principaux, Michelle Yeoh et David Thewlis, et l'amour réciproque qu'ils partagent, ne semble jamais ni faux ni forcé. Chapeau !
Certains diront que le film manque de profondeur et de relief, aprés reflexion c'est vrai. C'est vrai que Luc Besson aurait put appronfondir les faits, desormais historique mais de s'étre centrée sur le choix difficile à faire entre sa famille et sa patrie est plus qu'intérréssante à mes yeux.

article_3011-CIN-THELADY

Michel Yeoh, sous les traits d’Aung San Suu Kyi, avec laquelle elle partage des convictions et une ressemblance physique confondante, elle compose un rôle charismatique à travers lequel elle se réalise toute entière.

Après s’être entretenue avec la birmane, la comédienne mime les gestes sibyllins de sa personnalité puis apprend sa langue durant 6 mois pour gagner en crédibilité. Face à la caméra, son visage oblong laisse fureter des regards humbles et généreux. Du haut de son pupitre, elle prend soudain la parole, et son discours sur la peur rassérène la foule en péril. Quelles que soient les menaces formulées à son encontre, elle affiche un tempérament inébranlable dans un corps de jeune fille…

David Thewlis, quans à lui est montrer tel un frère rassurant à l’époux sacrifié, il joue un « double je » subtile sans jamais s’effacer dans l’ombre de sa partenaire. De cette façon, il partage une complémentarité semblable à celle qui unissait les personnages d’origines, et honore celui qui se fit, jusqu’à sa mort, le relais occidental des négociations de sa femme.

Ce film fait partit des biopic à voir et qui vous laissera pas sans avis !

 

*Bande annonce*