Chronicle1

 

Date de sortie : 22 février 2012 ( SF-Drame Américain)

Réalisateur : Josh Trank

Avec : Dane DeHaan ( Des hommes sans loi), Alex Russell (Shark), Michael B.Jordan (Blackout)

Synopsis : 

Après avoir été en contact avec une mystérieuse substance, trois lycéens se découvrent des super-pouvoirs. La chronique de leur vie qu’ils tenaient sur les réseaux sociaux n’a désormais plus rien d’ordinaire…
D’abord tentés d’utiliser leurs nouveaux pouvoirs pour jouer des tours à leurs proches, ils vont vite prendre la mesure de ce qui leur est possible. Leurs fabuleuses aptitudes les entraînent chaque jour un peu plus au-delà de tout ce qu’ils auraient pu imaginer. Leur sentiment de puissance et d’immortalité va rapidement les pousser à s’interroger sur les limites qu’ils doivent s’imposer… ou pas !

Mon avis

Pour moi ce film est renouvele le film de super héros,(mais l'idée de base du scénario n'est pas non plus une nouveauté) en le mélengeant joliment au genre du "teen-movie " (Josh Trank, dont c’est le premier long métrage), s’inspire à vrai dire ici d’une série comme " Misfits", dans laquelle des adolescents étaient déjà confrontés à ses super pouvoirs mystérieusement contractés et dont ils avaient bien du mal à tirer un bon parti...

les-ados-a-pouvoirs-de-chronicle-reviendront-dans-une-suite-10659253ldfji_2059

Sur le ton rigolard du film d’ado un peu décérébré, "Chronicle" commence par montrer ses personnages à la découverte de leurs capacités, les utilisant comme les jeunes crétins qu’ils sont, à savoir pour assembler leurs legos en les faisant léviter ou pour faire une partie de base-ball dans les nuages… Mais lorsque des personnes sont blessées, les trois apprentis super héros s’interrogent sur la conduite à tenir et l’éthique que doit exiger la responsabilité de tels pouvoirs : certes, la question ne dure par trop longtemps et finira bien sûr par les opposer les uns aux autres dans leurs conceptions de leur puissance, l’un choisissant la modération quand l’autre préfère user de sa force pour dominer le monde…

Du coup, le film se termine de façon surprenante en pur blockbuster hollywoodien où des héros s’affrontent à grands coups de fulguropoings et de destructions de gratte-ciel, alors même qu’il avait commencé en chronique lycéenne un peu fantastique…

image-chronicle-1

Je trouve que par contre que la mise en scène est plutôt habile ! Car si la cohérence du "found footage"(scène filmé en caméra subjective par un personnage de l'histoir comme le projet Blair Witch de 1999) ne pose pas de problème au début du film, dans la mesure où l’un des personnages s’est acheté une caméra vidéo (notamment pour prouver que son père le bat), celle-ci représente un véritable défit pour le réalisateur lorsqu’il s’agit de montrer des scènes de bastons monumentales avec déploiement policier, projection de bus dans les airs et tout le tintouin !

Mais j'ai aimer ce film aussi par la mégalomanie galopante d’un des héros, avide de gloire comme pratiquement, nous jeunes de la société d’aujourd’hui (quoi ?! une critique d’une jeunesse déviante dans un film pour des jeunes : dingue, non ?!), qui s’entoure du coup d’une flopée de caméras et autres téléphones portables "chourrés" ici et là et qu’il fait léviter et tournoyer tout autour de la scène… La lévitation comme possibilité de mise en scène dans un faux documentaire, fallait y penser !

Mitigée mais à voir pour ce qui aime le coté obscure des super héros !

 

*Bande annonce*