les_mondes_de_ralph_logo

 

Date de sortie : 5 décembre 2012 (Animation Américaine)

Réalisateur : Rich Moore (Les Simpsons, Futurama)

Voix VF : François Xavier Demaison (Comme des Fréres)

Synopsis :

Dans une salle d’arcade, Ralph la casse est le héros mal aimé d’un jeu des années 80. Son rôle est simple : il casse tout ! Pourtant il ne rêve que d’une chose, être aimé de tous…
Vanellope Van Schweetz quant à elle, évolue dans un jeu de course, fabriqué uniquement de sucreries. Son gros défaut : être une erreur de programme, ce qui lui vaut d’être interdite de course et rejetée de tous…
Ces deux personnages n’auraient jamais dû se croiser… et pourtant, Ralph va bousculer les règles et voyager à travers les différents mondes de la salle d’arcade pour atteindre son but : prouver à tous qu’il peut devenir un héros… Ensemble, arriveront-ils à atteindre leurs rêves ?

Mon avis :

Voici le traditionnel Disney de Noël !

Et il triomphe déjà. Leur dernière production a déjà remporté 200 millions de dollars à travers le monde.

o-LES-MONDES-DE-RALPH-570

Cause principale du succès, ce film réussit l'alliance assez jouissive entre le cinéma et le monde du jeu-vidéo. Beaucoup d’anciens ou jeunes "gamers" vont se régaler devant cet univers en image de synthèse qui rend hommage aux plus belles icônes de l’arcade. Fort de son expérience dans des séries populaires comme Les Simpson ou Futurama, le réalisateur Rich Moore est surement un bon vieux "geek", qui sait faire plaisir aux fans. Les références aux chefs-d’œuvre de l'industrie des jeux vidéo sont très nombreuses, allant de Pac-Man à Sonic, sans oublier Space Invadersle récent Call of Duty ou le génial Street Fighter, HADOUKEN !!!... (hum, désolé) Le jeu de Ralph, Fix-it Felix, rappelle d’ailleurs l’immense Donkey Kong de 81, qui mettait en vedette un certain Jumpman, le futur Mario.

En définitive, cet anime est une délicieuse madeleine de Proust pour tout amateur de jeu vidéo qui se respecte. Cet univers permet d’ailleurs au réalisateur un visuel délirant, comme le monde de  (un Mario Kart pour midinettes à déconseiller aux diabétiques, pour ma part j'ai eu des envie de chocolat et macarons pendant la moitié du film), edes trouvailles de mise en scène bien réjouissantes.

Mais ce film ne serait pas si sympathique si cette célébration du 10ème art ne s’accompagnait pas d’une belle leçon d’amitié et de tolérance typiquement cinématographique et made in Disney. L’histoire rappelle d’ailleurs les classiques des studios Pixar. L’univers parallèle dans lequel évolue Ralph et ses acolytes en pixels évoque le monde de Woody et Buzz dansToy Story ou encore celui de Bob et Sully dans Monstre et Compagnie (<3). Dans chaque film, les personnages portent en eux une conscience propre et sont coupés du monde des humains.

les-mondes-de-ralph_-631x250

Certes, l’humour ne fait pas toujours dans la dentelle (l'humour est souvent adaptée qu'aux enfants).Heureusement, la rencontre de Ralph avec la « pixelxique » Vanellope von Schweetz apporte au film un quota d’émotion bienvenue. L’aventure de Ralph la Casse suit un parcours initiatique drôle et touchant, où notre héros peut s’affirmer et prendre conscience de sa véritable valeur. Le tout regonfle à bloc, sans jamais trop verser dans la sensiblerie.

Une belle surprise, aprés l'apréhension que j'ai eu par rapport au monde du jeux vidéo, à voir !

 

*Bande Annonce*