1280x720-L5h

 

 

Date de sortie : 26 février 2014 (Comédie Française)

Réalisateur : Dany Boon

Avec : Dany Boon (Les Cht'is), Kad Merad (Je vais bien ne t'en fait pas, Les Choristes) , Alice Pol (Un plan parfait), Judith El Zein (Le prénom), Jean-Yves Berteloot (1788 et demi)

 

Synopsis :

Romain Faubert est un homme seul qui, à bientôt 40 ans, n’a ni femme ni enfant. Le métier qu’il exerce, photographe pour dictionnaire médical en ligne, n’arrange rien à une hypocondrie maladive qui guide son style de vie depuis bien trop longtemps et fait de lui un peureux névropathe. Il a comme seul et véritable ami son médecin traitant, le Docteur Dimitri Zvenska, qui dans un premier temps a le tort de le prendre en affection, ce qu’il regrette aujourd’hui amèrement. Le malade imaginaire est difficilement gérable et Dimitri donnerait tout pour s’en débarrasser définitivement. Le docteur Zvenska pense avoir le remède qui le débarrassera en douceur de Romain Flaubert : l’aider à trouver la femme de sa vie. Il l’invite à des soirées chez lui, l’inscrit sur un site de rencontre, l’oblige à faire du sport, le coach même sur la manière de séduire et de se comporter avec les femmes. Mais découvrir la perle rare qui sera capable de le supporter et qui par amour l’amènera à surmonter enfin son hypocondrie s’avère plus ardu que prévu...

Mon avis :

Que retenir de "Supercondriaque", si ce n’est que l’on assiste ici à une comédie ratée… L’idée du scénario avait pourtant son originalité : un malade imaginaire devant vivre au quotidien envoyant des microbes partout autour de lui, traquant le moindre petit symptôme qui pourrait lui valoir une hospitalisation… Il aurait été tout à fait possible de monter une histoire drôle autour de ça, et d’avoir au bout du compte un bon film, mais il n’en est rien. Certes, on rigole dans les débuts lorsque l’on voit à l’écran un Dany Boon faire le pitre et exagérer chacune des expressions de son visage, mais on ne supporte ce spectacle que très peu de temps, et le film devient vite lourd, si bien qu’on en vient à peine à sourire, et on termine par voir les scènes se succéder avec un regard presque vide.

L’histoire n’est pas bien ficelée, et on pourrait presque dire que le film se découpe en deux parties : d’abord la succession de scènes de la vie quotidienne de cet hypocondriaque, et ensuite l’intrigue de ce guérillero du Tcherkistan. A partir du moment où cette intrigue se met en place, on peut le dire franchement : ce film part dans tous les sens ! On voit un Dany Boon complètement dans l’exagération, et on peine à rire. Bien sûr, nous avons aussi à l’écran Kad Merad, le cher acolyte de Dany Boon, et pour ce qui est du jeu de l’acteur ici, ça ne vole pas bien haut non plus. En regardant le film, on a ce sentiment que les acteurs surjouent ; comme si les répliques et la gestuelle étaient brouillon. On reste donc sur l’impression que depuis le succès de "Bienvenue chez les Ch’tis", Dany Boon cherche absolument à vouloir recréer un énième film du genre, mais ici ça ne marche pas. On rigole sincèrement par moment, mais ces moments ne sont que trop rares.

 

*Bande annonce*