The-Place-Beyond-The-Pines-AFFICHE-copie-2

<3 <3 <3

Date de sortie : 20 mars 2013 (thriller drame-Américain)

Réalisateur : Derek Cianfrance (Blue Valentines)

Avec : Ryan Gosling (Drive, N'oublie jamais, Gangster Squad), Bradley Cooper ( Very bad Trip, Hapiness Therapy, Limitless), Eva Mendes ( Hitch, La nuit nous appartient),  Rose Byrne ( Insidious, X-Men le commencement, Troie), Dane DeHaan ( The Chronicles)

Synopsis : 

Cascadeur à moto, Luke est réputé pour son spectaculaire numéro du «globe de la mort». Quand son spectacle itinérant revient à Schenectady, dans l’État de New York, il découvre que Romina, avec qui il avait eu une aventure, vient de donner naissance à son fils… Pour subvenir aux besoins de ceux qui sont désormais sa famille, Luke quitte le spectacle et commet une série de braquages. Chaque fois, ses talents de pilote hors pair lui permettent de s’échapper. Mais Luke va bientôt croiser la route d’un policier ambitieux, Avery Cross, décidé à s’élever rapidement dans sa hiérarchie gangrenée par la corruption. Quinze ans plus tard, le fils de Luke et celui d’Avery se retrouvent face à face, hantés par un passé mystérieux dont ils sont loin de tout savoir…

Mon avis :

Il m'est passser sous le nez à sa sortie mais c'est avec plaisir que je le découvre. Réunissant entre autres Ryan Gosling, Bradley Cooper, Eva Mendes, Dane Dehaan et Ray Liotta, le film est une vraie réussite. Sans trop spoiler, la structure du film est particulière : une première partie où l’on suit Luke (Ryan Gosling), la deuxième où l’on suit Avery Cross (Bradley Cooper), et la dernière qui voit les fils des deux hommes se rencontrer après l’évènement qui a bouleversé la vie de leurs pères 15 ans plus tôt.

Luke, donc, est le héros de cette première partie. Blond peroxydé, musclé et tatoué, ce cascadeur sombre dans la délinquance pour subvenir aux besoins de son fils qu’il a eu lors d’une relation sans lendemain avec une serveuse, Romina. Naturellement, Luke fera penser au driver que Ryan Gosling incarnait chez Nicolas Winding Refn. A raison, puisque les deux personnages partagent un même amour pour la mécanique, la délinquance, le goût du mystère sur leur passé et une violence contenue. Malgré tout, on s’attache à cet homme qui tente de faire quelque chose de bien dans sa vie en voulant offrir une vie décente à son fils, quitte à sombrer dans la criminalité. Le jeu de Ryan Gosling, plus humain et touchant que dans Drive, est impeccable, et il vampirise l’écran de sa présence. Son alchimie avec Eva Mendes est palpable, et permet à l’actrice de nous offrir une belle performance, dans un rôle très différent de ceux qu’elle nous offre d’habitude.

the-place-beyond-the-pines-post

Changement de camp pour la deuxième partie. Plus courte que la première, elle met cette fois en scène Avery Cross. Père d’un petit garçon comme Luke, c’est un jeune policier qui a du mal à se remettre de sa confrontation avec le cascadeur. En s’opposant à sa hiérarchie et ses collègues corrompus, il va mettre sa vie en danger… Bradley Cooper étonne dans ce rôle sérieux et intense. Comme pour Happiness Therapy, son rôle ne mise plus seulement sur son physique mais aussi sur la psychologie et il impressionne autant que Gosling. Seul petit regret : que Rose Byrne, qui joue sa femme Jen, soit aussi peu présente à l’écran, alors qu’elle excelle dans toutes ses scènes, notamment celle du dîner avec les collègues d’Avery. Et si la partie « Luke » passe comme une lettre à la Poste, la partie « Avery » comporte malheureusement quelques longueurs dues sans doute au fait que contrairement à la partie Luke, elle ne comporte aucune scène d’action. Un défaut cependant mineur au vu de l’histoire passionnante qui nous est racontée.

Enfin, le troisième acte oppose les fils de Luke et Avery, 15 ans après l’affrontement entre leurs pères. Chacun est engagé dans une quête d’identité. L’un vit dans un foyer solide (Jason, joué par l’excellent Dane Dehaan vu dans Chronicle), l’autre (AJ, incarné par Emory Cohen) est en conflit avec ses parents. C’est la partie qui résume le thème principal du film – l’héritage de père en fils. Doit-on suivre le même chemin que son père ? A quel point les actes qu’ils commettent ont une influence sur nos choix ?

place-beyond-pines-still05

Le film ne répond pas à la question, mais il laisse ses personnages faire leurs propres choix et leurs propres erreurs sans les juger. C’est d’ailleurs un aspect fascinant de The Place Beyond The Pines : sa capacité à regarder ses personnages commettre des erreurs, à les regarder échouer, avoir peur, souffrir, sans que personne ne puisse y faire quelque chose. C’est une vraie tragédie en trois actes qui se joue sous nos yeux, sublimée par la réalisation de Derek Cianfrance. Car si la réalisation de Blue Valentine possédait les tics d’un film de Sundance, ici, malgré quelques effets de style surtout présents dans la partie « Luke », sa réalisation est plus sobre. Le plan-séquence d’ouverture du film est grandiose, et la scène de course-poursuite filmée depuis une voiture de police est d’une intensité incroyable (Die Hard 5 et sa pitoyable course-poursuite dans les rues de Moscou peuvent aller se rhabiller). Un petit mot sur la musique : signée Mike Patton du groupe Faith No More, elle colle parfaitement au film et crée une tension qui renforce la puissance des images. Une très belle réussite de ce côté-là aussi.

The Place Beyond The Pines est une belle claque de cinéma comme on aimerait en voir plus souvent. Si la durée du film et ses longueurs peuvent en décourager plus d’un parmi vous, il est malgré tout à voir pour son scénario passionnant, son casting brillant et sa réalisation sublime !

 

*Bande annonce*